Participez à la rédaction du Blog

Vous souhaitez nous parler d'un sujet ? Présentez-le nous ici
solar-impulse-2-les-pilotes-vont-devoir-piloter-jusqu-a-5-jours-sans-interruption_5293325

Un avion à énergie solaire franchit le Pacifique

L’avion solaire Solar Impulse 2 a achevé sa traversée du Pacifique ce dimanche 24 avril en atterrissant à Moffett Airfield, au sud de San Francisco, en Californie.

Il aura fallu une soixantaine d’heures de vol au Suisse Bertrand Piccard pour réaliser cet exploit. Cette phase du voyage était particulièrement risquée, car dépourvue de toute possibilité d’escale en cas d’urgence, mais aussi, car la grande taille (63,4 m) et le faible poids de l’avion (1,5 t, soit le poids d’une camionnette) le rendent « sensible aux turbulences ».

Durant le trajet, impossible pour le pilote de s’endormir plus de 20 minutes d’affilée, rendant le défi encore plus difficile.

« C’est l’une des expériences les plus époustouflantes que j’aie jamais vécues », a-t-il lancé à son arrivée, où il a été accueilli par ses proches, mais aussi Sergey Brin, le cofondateur de Google. À ses côtés, l’helvétique a rappelé à quel point il était bon d’être sur « la terre des pionniers ».

« L’innovation et l’esprit pionnier doivent continuer. La révolution de la technologie propre doit continuer à avancer » a-t-il avancé.

Parti d’Abou Dhabi en mars 2015, il avait été forcé de suspendre son périple à cause de problèmes techniques survenus au cours de son voyage depuis le Japon. Après dix mois passés à Hawaï, Solar Impulse a donc repris du service jeudi en quittant l’archipel américain pour la Californie.

Il devra prochainement traverser les États-Unis pour atteindre New York, puis l’Atlantique, avant la dernière étape qui reliera l’Europe aux Émirats arabes unis. Des étapes que Bertrand Piccard se partage avec son collègue André Borschberg, l’aéronef ne pouvant transporter qu’une personne.

Ce tour du monde en 12 étapes

Par cette démonstration, les créateurs suisses de cet appareil expérimental espèrent montrer la voie au développement des nouvelles technologies, mais aussi, pourquoi pas, de tracer l’avenir de l’aviation électrique.

Source : www.meteomedia.com

Laisser un commentaire