Participez à la rédaction du Blog

Vous souhaitez nous parler d'un sujet ? Présentez-le nous ici
hulot

Nucléaire : Hulot veut pousser EDF à revoir son modèle

Le ministre de la Transition écologique a demandé un « plan précis » à l’électricien pour qu’il s’oriente davantage vers les énergies renouvelables. Il n’y a « pas de défiance » vis-à-vis d’EDF, assure l’Etat.

 

hulot

Nicolas Hulot lance la réflexion pour réformer EDF. Dans un entretien publié ce mardi dans le « Financial Times », le ministre de la Transition écologique et solidaire a demandé un « plan précis » à EDF pour accélérer sa transition du nucléaire aux énergies renouvelables. Et il n’exclut pas que cela passe par un changement de gouvernance.

« EDF a deux priorités : gérer la production nucléaire d’un côté, et les renouvelables de l’autre. L’architecture d’EDF est-elle la bonne pour répondre aux enjeux du XXIe siècle ? Une réflexion est en cours », indique ainsi le ministre.

Critiqué la semaine dernière pour avoir reporté après 2025 le passage de 75 % à 50 % la part du nucléaire dans la production d’électricité française, Nicolas Hulot met donc la pression sur EDF pour qu’il respecte la feuille de route stratégique de l’Etat. EDF, plaide le ministre, doit s’emparer du sujet de la transition énergétique plutôt que d’y « résister ».

« C’est compliqué quand l’exploitant, EDF, ne fournit pas son propre scénario pour remplir les objectifs », observe le ministre. « Maintenant, la grande différence est que j’ai demandé à EDF un plan précis », ajoute-t-il.

« On a fait des choix stratégiques sur la transition énergétique et ils doivent être appliqués. Il y a plein de scénarios sur la table mais rien n’est décidé et on a la Programmation pluriannuelle de l’énergie (prévue fin 2018) pour apprécier ces scénarios », tempère-t-on dans l’entourage du ministre ce mardi matin.

« Il y a des discussions avec EDF sur l’évolution du mix mais pas de défiance vis-à-vis de la gouvernance d’EDF ni de la structure », assure aussi l’entourage du Premier ministre.

source : Les Echos