Participez à la rédaction du Blog

Vous souhaitez nous parler d'un sujet ? Présentez-le nous ici
des-aliments-perimes-stockes-a-morsbach-dans-l-ouest-de-la-france-le-23-octobre-2012_5580437

AccorHotels : 30% de gaspillage alimentaire en moins à horizon 2020

Le groupe hôtelier français AccorHotels, présent dans 92 pays et qui sert plus de 150 millions de repas par an, vise une réduction de 30% du gaspillage alimentaire dans ses établissements à l’horizon 2020, a-t-il annoncé mardi lors d’un point presse.

« On a sélectionné deux piliers prioritaires à horizon 2020: le premier, évident, est l’alimentation. La priorité est de faire en sorte qu’on réduise le coût matière et qu’on diminue le gaspillage alimentaire, à hauteur de 30%, faisant notamment en sorte que cette alimentation provienne de l’environnement local dans lequel on se situe », a expliqué devant la presse le PDG Sébastien Bazin.

Le groupe, qui totalise 3.900 hôtels, dont 300 en pleine propriété, sert 150 millions de repas par an et 130 millions de viennoiseries à travers le monde.

La restauration représente 25 à 30% de son chiffre d’affaires.

Au sujet du gaspillage alimentaire, il s’agit de « réaliser dans un premier temps un état des lieux des quantités gaspillées dans les restaurants en imposant la pesée des produits alimentaires jetés dans les cuisines, avec l’objectif d’évaluer les principaux postes de gaspillage et mettre en place un plan d’action adapté », précise le groupe dans un communiqué.

Selon Amir Nahai, directeur général de la restauration chez AccorHotels, « la restauration compte (pour) 50% de l’utilisation de l’eau dans nos hôtels». Il précise que «pour une baguette, il faut par exemple 100 litres d’eau ».

L’idée est aussi « d’avoir des cartes réduites, avec une cuisine simple et authentique. Aujourd’hui, dans certains Ibis par exemple, il y a des cartes avec 40 plats. Nous aurons demain des cartes avec 10, 15 ou 20 plats, avec des produits plus locaux », a-t-il assuré.

Il s’agit aussi de « déployer la charte de l’alimentation saine et durable dans 100% des restaurants, pour promouvoir l’approvisionnement en produits sains, écologiques, et en privilégiant les circuits courts et une meilleure performance sociale », a décrit le directeur général.

« Nous allons également soutenir l’agriculture urbaine avec la mise en place de 1.000 potagers d’ici à 2020 dans les hôtels », a souligné M. Nahai.

Le deuxième chantier est le bâtiment. « Parce que notre métier est aussi d’être propriétaire et investisseur immobilier, nous devons aller plus loin dans la performance environnementale de nos bâtiments et engager nos hôtels dans la transition énergétique pour viser la neutralité carbone », a insisté M. Bazin.

Source : www.20minutes.fr

Laisser un commentaire